SHSdocNET : portail de compétences et expertises

Le portail SHSdocNET est développé par l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec 36 laboratoires de recherche en SHS du Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur de Lyon et St-Etienne.

>> Portail SHSdocNET
>> SHSdocNET : présentation du projet (nov 2012)

 

Genèse

Le projet SHSdocNET a été lancé à la suite d’un besoin exprimé par des acteurs à la fois locaux et nationaux de disposer d’un moyen rapide pour identifier les compétences en SHS dans un espace donné. C’est initialement le PRES de Lyon-Saint-Etienne qui l’a exprimé. Mais c’est à la demande de l’Université Lyon 2, appuyé par un financement Bonus Qualité Recherche que le projet a pu démarrer.

Cette problématique qui vise à cartographier les compétences scientifiques fait également l’objet d’un intérêt grandissant auprès des acteurs internationaux et des grandes sociétés comme Microsoft avec son projet Academia et d’autres projets bien avancés comme LinkedIn ou ResearchGate.

 

Besoins visés

SHSdocNET vise à fournir deux types de services.

Le premier est une aide à la veille scientifique et technique. Il permet d’identifier les activités de recherche et de savoir qui travaille sur quoi et de construire le réseau coopératif entre chercheurs autour d’un sujet donné.

Le second est une plateforme d’outils d’analyses rétrospectives pour les décideurs publics ou privés. Il s’agit en outre de pouvoir leur construire les profils dans le temps et dans l’espace pour identifier  les typicalités et les différences, les tendances et les émergences dans le domaine scientifique.

 

Usagers du portail

Les usagers de SHSdocNET sont identifiés selon leurs besoins en quatre catégories.

Les acteurs académiques (chercheurs, enseignants- ingénieurs) : leurs besoins sont, outre la veille scientifique et technique, la valorisation de leurs compétences, expertises et savoir-faire auprès d’un large public.

Les décideurs publics : ils pourront disposer d’informations pouvant éclairer des choix et des décisions. Par exemple, le positionnement vis-à-vis des politiques d’aménagement territorial scientifique ou la mise en avant d’une particularité du tissu académique à promouvoir.

Les entreprises : ils sont de plus en plus à la recherche de compétences spécifiques disponibles au sein du monde universitaire et de la recherche mais inaccessibles faute de moyen d’identification rapide. L’externalisation des expertises est devenue la pratique courante dans les entreprises de l’innovation.

Le grand public : la recherche est bien sortie des laboratoires et de plus en plus de publics s’y intéressent notamment les jeunes qui se préparent à des carrières postuniversitaires. DocNet doit pouvoir éclairer tous les goûts dans tous les domaines.

 

Technologie utilisée

SHSdocNET s’appuie sur quatre points stratégiques :

  • un réseau social résiliant, capable de s’auto-adapter. Il offre des espaces collaboratifs aux chercheurs et leur propose de nombreuses fonctionnalités susceptibles de les aider dans la gestion de leur carrière, d’identifier des collaborateurs potentiels, de suivre des compétiteurs, etc. ;
  • une technologie qui exploite en profondeur les atouts du web des données et du web sémantique. Par exemple le moissonnage des données disponibles sur internet et leur intégration dans des bases de données elles-mêmes interopérable, une exploitation des connaissances disponibles dans des ontologies avec des processus d’enrichissement, le recours systématique aux ressources linguistiques et notamment le multilinguisme ;
  • des données contrôlées par une autorité : la grande faiblesse des solutions disponibles est qu’elles sont peu hiérarchisées car pas ou presque pas contrôlées par une autorité. Docnet n’accueille que les chercheurs déjà référencés au départ au sein d’une institution académique reconnue. De ce fait, les résultats qu’il produit reposent sur des données peu bruités et donc confortant les interprétations des requêtes et des rapports fournis ;
  • une approche socio-éthique : qui consiste à refuser toute publicité, à ne jamais vendre d’extraits de la base de données, à ne jamais construire des statistiques nominatives, à garantir au mieux l’inviolabilité de la vie des chercheurs et à laisser le chercheur maître pour contrôler son information et décider par lui-même de ce qui est public et non.

>> SHSdocNET : cartographie et valorisation des compétences et expertises en SHS (poster scientifique, 2013)
>> SHSdocNET : technologies du web sémantique (poster tchechnique, 2015)

 

Guide pratique

Pour utiliser SHSdocNET : allez sur le site et vous n’avez pas besoin d’un guide d’utilisateur, tout est intuitif : cherchez une compétence où le profil de quelqu’un que vous connaissez et affinez ensuite en cliquant sur ce qui vous intéresse à l’écran.

Pour être dans SHSdocNET : demandez à votre laboratoire de rattachement de nous contacter et on fait le nécessaire.

Vous êtes déjà dans SHSdocNET : bravo, vous n’avez presque rien à faire si ce n’est de valider/invalider ce que nos crawlers ont trouvé sur le net et qui peut vous intéresser.

Vous êtes une institution ou une entreprise et vous pensez que SHSdocNET peut vous rendre service : contactez-nous.

 

SHSdocNET aujourd’hui

7000 chercheurs, enseignants-chercheurs et ingénieur et techniciens administratifs
79 laboratoires de recherche
80000 publications moissonnées

 

Contacts

Coordination du projet : Djamel A. Zighed / Sonia Guérin-Hamdi
Développement informatique : Adrian Tanasescu