Historique

Institut des Sciences de l'Homme

La création, à Lyon, d'une nouvelle Maison des Sciences de l'Homme résulte d'un projet élaboré et soutenu par deux personnalités : Jean Pouilloux, professeur des universités, spécialiste de l'archéologie et de l'épigraphie grecques, et directeur des SHS au CNRS, et Maurice Garden, historien et professeur des universités, vice-président de la recherche de l'Université Lumière Lyon 2. Il s'agissait de créer, sous l'égide du CNRS, un lieu d'accueil et de rencontre pour les chercheurs de Lyon, Grenoble et Saint-Etienne, mais aussi pour les chercheurs étrangers, et de favoriser la collaboration entre laboratoires.

En 1987, grâce au soutien de la Ville de Lyon, qui met à disposition les locaux, la Maison Rhône-Alpes des Sciences de l'Homme (MRASH) s'installe dans une partie des bâtiments précédemment occupés par l'Ecole de santé militaire. Inaugurée en 1989 par Hubert Curien, ministre de la Recherche, la MRASH est placée sous la direction d'Yves Lequin, professeur d'histoire contemporaine à l'Université Lyon 2.

Début 1998, sur la base d'une convention entre le CNRS et les Universités Lyon 2 et Lyon 3, la MRASH se transforme en Institut des Sciences de l'Homme (ISH), unité mixte de service du CNRS (UMS 1798). Alain Bonnafous, professeur d'économie à l'Université Lyon 2, est nommé directeur de l'Institut.

L'ISH est intégré au Réseau national des MSH dont la structuration est encouragée par le Ministère de la Recherche et de la technologie. Le contrat d'objectifs des MSH et le contrat quadriennal 2003-2006 mettent l'accent sur les initiatives interdisciplinaires reposant sur l'usage partagé d'instruments communs et de pôles mutualisés.

Depuis 2007, l'ISH est placé sous la tutelle du CNRS, de l'Université Lyon 2 et de l'Ecole normale supérieure de Lyon. Les unités de recherche hébergées par l'ISH (12 UMR et 4 EA) bénéficient de services communs de communication et de valorisation ainsi que d'outils mutualisés dans les domaines de l'informatique de recherche, de l'ingénierie documentaire ou de l'image animée. Grâce à l'appui de l'ISH, qui leur permet de renforcer leur efficacité et leurs compétences dans leurs domaines scientifiques respectifs, ces laboratoires ont pu s’impliquer dans des dizaines de contrats de recherche de l'Agence Nationale de la Recherche, des programmes européens ou encore des partenariats industriels.

En 2011, l'ISH a acquis le statut d'Unité de Services et de Recherche (USR) afin de valoriser son rôle dans la recherche en sciences humaines et sociales. Trois nouvelles tutelles se sont associées : Sciences Po Lyon, l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne et l'Université Jean Moulin Lyon 3. Les axes de recherche qui sont privilégiés pour le contrat quinquennal 2011-2015 sont : humanités numériques ; genre ; travail, espaces et mondialisation. De nouveaux laboratoires de recherche rejoignent également l'ISH.

 

Centre Berthelot

L'Institut des Sciences de l'Homme est installé dans les bâtiments de l'ancienne Ecole du service de santé militaire, construits entre 1890 et 1894. Du printemps 1943 à mai 1944, les locaux ont été occupés par les services de la Gestapo. Klaus Barbie, jugé et condamné à Lyon en 1987 pour crimes contre l'humanité, dirigeait certains de ces services. Aujourd'hui, une aile de l'Ecole accueille le Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation, une autre l'Institut d'Etudes Politiques et une troisième l'ISH.

Pour perpétuer la mémoire des hommes, des femmes et des enfants qui ont souffert en ces lieux, l'Institut des Sciences de l'Homme a choisi de donner le nom de plusieurs d'entre eux aux salles de réunion où aujourd’hui s’organise l’échange, se structure la connaissance et se transmet le savoir.