ETUDYS : accueillir et accompagner les étudiants dyslexiques

Le projet "ETUDYS : accueil, intégration et accompagnement des ETUdiants DYSlexiques à l'Université" est un programme de recherche en psychologie cognitive et psycholinguistique du Labex ASLAN (laboratoires DDL et ICAR).

Face aux difficultés des étudiants dyslexiques à l’université, une réflexion a rapproché des laboratoires de recherche, des professionnels de la santé, la Mission Handicap de l’Université de Lyon et des associations du collectif des Dys- du Rhône. Le projet ETUDYS visait à comprendre les particularités des étudiants dyslexiques du point de vue cognitif et linguistique, ainsi qu'à assurer la sensibilisation et la formation du monde universitaire à la dyslexie.

Financé dans le cadre du programme "Projets Exploratoires Premier Soutien" (PEPS) de l'Université de Lyon et du CNRS, ce projet est coordonné par Audrey Mazur-Palandre, ingénieur de recherche du Labex ASLAN et du laboratoire ICAR (UMR 5191), en collaboration avec Nathalie Bedoin, enseignant-chercheur au laboratoire DDL (UMR 5596).

Une enquête-sondage en ligne a été menée en 2014 auprès d'étudiants de 17 établissements lyonnais, dyslexiques ou non, sur leurs difficultés et besoins. Elle a été réalisée en collaboration avec la plateforme PANELS de l'ISH. Parmi les 1450 étudiants ayant répondu, 50 ont ensuite participé à des bilans cognitifs, orthophoniques et linguistiques.

Les résultats précisent la nature des difficultés qui persistent véritablement au-delà du simple ressenti. Par exemple, plus que les autres, les étudiants dyslexiques souffrent d’une grande lenteur de lecture, mais ont peu de problèmes de compréhension s’ils prennent le temps de déchiffrer. Par contre, leur lenteur en production écrite ne compense pas leurs erreurs d’orthographe. Ils réagissent aussi d’une façon particulière aux bruits, et leurs capacités de concentration, de gestion du temps et d’organisation du travail sont perturbées. Bien qu’ils soient adultes, le bilan confirme aussi la persistance de déficits cognitifs sous-jacents à la dyslexie (en phonologie, en attention spatiale), ce qui conduit à envisager des aides et des aménagements appropriés en vue de rétablir l'égalité des chances à l'université.

Ces travaux ont été présentés en février 2016 dans un workshop organisé par l'Ifé (ENS de Lyon) et destiné aux enseignants de l'enseignement supérieur, pour sensibiliser à l’accueil des étudiants dyslexiques et évoquer les recommandations, aides et prises en charge souhaitables.

Les difficultés perçues par les étudiants en apprentissage de l'anglais et en organisation du discours écrit font actuellement l'objet d'une nouvelle étude dans le cadre du projet scientifique DYS'R'ABLE.